TEN YEARS x TEN WOMEN

To celebrate this 10th anniversary, Elisa wishes to highlight a key value behind the brand :
To create essential pieces of a feminine wardrobe that highlight different women, and their unique personalities. Naturally, this project therefore aims to immortalize the women who inspire us.
 

DIX ANS x DIX FEMMES

Pour célébrer le 10e anniversaire de sa marque éponyme, Elisa souhaitait souligner une des valeurs importantes de celle-ci : Créer les essentiels d'une garde-robe féminine afin d'habiller et de mettre en valeur les différentes personnalités des femmes. Il était donc tout naturel d'immortaliser les femmes qui inspirent la marque.

Coeur de pirate, Béatrice Martin

BÉATRICE MARTIN - auteur compositrice interprète CŒUR DE PIRATE

“Tous les auteurs ont leur propre méthode d’inspiration, mais je crois que pour ma part, ma vie joue un grand rôle dans ma musique, c’est vraiment ce que je vis au quotidien qui m'inspire.

C’est souvent une thérapie, je te dirais. Ça me permet de tourner la page sur des moments ou des sujets plus difficiles qui me sont arrivés.”

 
Christiane Germain

CHRISTIANE GERMAIN - CO-PRÉSIDENTE GROUPE GERMAIN

“Mon père me disait toujours, si tu crois en ton entreprise, il faut que tu réinvestisses constamment.

Ma mère, elle, féministe avant son temps, me disait toujours : Vas-y t’es capable! Peut-être m’a-t-elle transmis son désir de s'affirmer en tant que femme dans une époque où l’homme dominait encore bien souvent.”

Karine Vanasse

KARINE VANASSE - aCTRICE

“J’avais 17 ans, j’étais comédienne comme enfant depuis quelques années déjà. Le jeu n’avait pas encore été un choix conscient. J’ai cet hiver-là obtenu une bourse pour participer, pendant 5 mois, à un programme d’étude en Grèce. En plus des cours, je travaillais dans une pâtisserie où la femme du propriétaire vivait régulièrement des épisodes de violence conjugale. Devant nous. Rien n’était caché. Je me retrouvais souvent durant nos pauses, dehors, à l’écoute de sa réalité, de ses peines sans trop savoir comment réagir. Je la sentais prise. Prisonnière.

Quand je suis revenue au Québec et que j’ai obtenu le rôle de Donalda pour le film Un Homme et son péché, je sentais que je portais quelque chose de différent en moi qui me permettait de mieux porter la réalité de ce personnage. Elle partageait beaucoup avec cette femme rencontrée en Grèce…

C’est à ce moment que j’ai réalisé concrètement que ce métier d’actrice ne servirait pas seulement à mettre mes capacités en valeur, mais bien à incarner la réalité des autres. Savoir que je pourrais porter ces sentiments qui semblent pourtant appartenir à d’autres et offrir ce miroir au public.”

Magalie Lépine-Blondeau

MAGALIE LÉPINE BLONDEAU - aCTRICE

“Notre empathie, notre bagage émotif, notre sensibilité, c'est notre matériau comme acteur/actrice. C'est éminemment personnel, mais il faut arriver à cet abandon, cette mise à nue, en restant toujours humble face au personnage. Dans son ombre.

C'est son histoire, pas la nôtre, qu'il faut raconter. Mais c'est fascinant comme ils finissent toujours par trouver écho, et s'imbriquer en moi. J'ai une tendresse pour chacune des femmes que j'ai incarnées.”

Eve Salvail

EVE SALVAIL - MODELE / dj

“À l’âge de 20 ans ou presque, je travaillais déjà comme mannequin à Montréal et à Tokyo. Lors d'un séjour à Tokyo, j'ai décidé sur un coup de tête, de me raser la tête et de me faire tatouer le crâne. Emballée par la nouvelle tête que j’avais, j’ai proposé à mon agence de convoiter certains designers et leurs défilés, mais l'agence m'a laissé tomber. J’ai alors décidé de me présenter dans une nouvelle agence, avec une perruque pour me faire signer à nouveau. Après avoir signé un contrat de deux ans, j'ai retiré ma perruque. La réaction qu’ils ont eue est gravée à jamais dans ma mémoire. Il ne m’a fallu que 6 mois plus tard pour que le miracle survienne. Je travaillais aux foufounes électriques à l’époque pour pallier le mannequinat et à l’automne 1992, Jean-Paul Gaultier m’a vu et c’est là que tout a commencé, le 11 octobre 1992.”

Maïna Militza

MAÏNA MILITZA - MAKE UP ARTIST

“Quand je travaille sur un film, je sens que je fais partie d’un tout et que mon input est réellement important autant que celui de la DA et de la costumière. Voir ton travail sur grand écran et voir que tout ce que tu as créé fonctionne, c’est vraiment ce qui a de plus valorisant. En mode, je dirais que ce que j’aime le plus, c’est qu’il n’y a pas de limite. On peut vraiment faire tout ce qu’on veut.”

Marie-Joelle Parent

MARIE-JOËLLE PARENT - JOURNALISTE

“Mon plus grand risque est d'avoir fait le saut vers New York. C'était un saut vers l'inconnu. Être journaliste à New York est le plus beau des passeports, mais il faut d'abord faire sa place. Je ne connaissais personne quand j'y suis déménagée. C'était très intimidant.

Durant mes années de correspondante, je travaillais presque jour et nuit. L'actualité n'arrête jamais dans la ville qui ne dort jamais. Je devais écrire dans les deux langues, faire mes propres photos, tourner mes propres vidéos, être en direct à la télé... c’était un mandat très ambitieux!”

Mariana Mazza

MARIANA MAZZA - HUMORISTE

“Le succès pour moi, c'est non seulement d'avoir une valeur aux yeux des gens, mais de savoir qu'ils sont conscients que tu es là pour rester. En réalité, mon succès dépend vraiment du public et de sa réaction. Si tu ne ris pas, je n'ai pas réussi.”

Jennifer Brodeur

JENNIFER BRODEUR - SKIN GURU

“Dans mon métier, on se retrouve caché “en coulisse” car c’est souvent un secret bien gardé qu’on s’occupe de sublimer les peaux. On met souvent plus de l’avant le styliste, le maquilleur et le photographe, mais quand Oprah Winfrey a dit ouvertement après cinq années de relation professionnelle que j’étais sa skin guru ça a vraiment été mon oscar à moi! J’ai toujours eu tendance à avoir le syndrome de l’imposteur et des fois j’ai l’impression de ne pas être à la bonne place au bon moment. Alors j’essaye de garder en tête ce qu’Oprah m’a dit: « Tu ne devrais jamais diminuer ta lumière pour plaire aux autres.» “

 
Pony mtl

GABRIELLE LAÏLA TITTLEY - ILLUSTRATRICE PONY MTL

“Comme une majorité de gens je crois, on est tous à la recherche du réconfort. Pour certains c’est la bouffe, d’autres c’est la musique, netflix, etc. Moi je trouve que la meilleure chose quand on ne va pas bien c’est de sentir qu’on est compris. C’est ce que j’aime vraiment faire au final, parler de ces choses qui me préoccupent et sentir que je suis comprise par les autres. Dans mon cas, ça se traduit à travers les images que je crée.”

PHOTOS MAXYME G.DELISLE . MISE EN BEAUTÉ MAÏNA MILITZA


BEHIND THE SCENE 10 ANS X 10 FEMMES . PHOTOS GAËLLE LEROYER


© ELISA C-ROSSOW 2018